Le temps des sucres est de retour!

Le temps des sucres est de retour!

Quand revient le temps doux du mois de mars, on dirait qu’une douce odeur s’installe dans l’air au même moment.  C’est l’arôme sucré de la cabane à sucre! 

Mes parents n’ont jamais eu d’érablière, mais j’ai eu la chance qu’une de mes tantes en possède une.  Nous y sommes allés à quelques reprises prendre un repas en famille ou juste faire une petite saucette en après-midi afin de tremper la palette et de manger de la tire sur la neige.  Bien évidemment, la gourmande en moi en profitait pour passer sa commande de sirop et ramener tire, beurre d’érable et bonbons ou chocolats à l’érable. 

Que de beaux et bons souvenirs en mémoire!

Bien qu’il soit difficile de remplacer la cabane à sucre familiale, j’ai visité quelques érablières du Centre-du-Québec où il est possible de recréer cette magnifique ambiance et je vous partage mes coups de cœur.

 

L’Érablière aux Petits Plaisirs

L’an dernier, nous sommes allés à l’Érablière aux Petits Plaisirs à Warwick.  On avait opté pour le premier service de 11 heures, trop pressés de goûter à cette succulente nourriture qui marie à la fois tradition et innovation.  D’ailleurs, le choix des menus reflète cette dualité.

 La famille se rassemble à la cabane à sucre.

Le menu « tradition » est celui qu’a toujours concocté grand-maman Moreau, la grand-mère des propriétaires de l’endroit.  Il est composé de ce qui fait la renommée d’un repas de cabane à sucre traditionnel (soupe aux pois ou aux légumes, jambon, saucisses cocktail, œufs, fèves au lard, tout ça cuit dans le sirop d’érable). 

Pour sa part, le menu « de la Relève » ajoute au menu de base quelques éléments des Caprices de Marie (l’une des copropriétaires) comme des fromages doux, de la gelée à l’érable et pacanes caramélisées sur pain baguette, la saucisse Moreau à l’érable (la famille Moreau possède son propre élevage à quelques mètres de l’érablière) et la succulente tarte au sirop d’érable.

Ayant déjà expérimenté le menu « de la Relève » avec mes collègues de travail, j’y suis donc allée pour le menu « tradition » avec la famille, question de conserver les traditions.

À notre arrivée, on nous assigne une table pour 4 personnes.  Au moment de réserver, on nous avait informés d’apporter breuvage et consommation.  On porte donc un toast à la joie de partager ce beau moment. 

Une fois tout le monde installé, notre hôte, Frédéric Vincent, attire notre attention en faisant retentir sa cloche de maîtresse d’école.  Le silence rétabli, il en profite pour nous souhaiter la bienvenue et nous raconter la petite histoire de l’érablière, de la famille et par la même occasion, il nous présente grand-maman Moreau, toujours affairée à la cuisine, et ce, dans le plus grand plaisir. 

Le service débute.  Les plats se succèdent.  On s’assure qu’il ne nous manque de rien.  L’on emplit à nouveau les plats.  Je m’empiffre de grillades de lard ou oreilles de crisse (c’est un autre de mes péchés mignons!).  Il faut se laisser de la place pour les crêpes et les grands-pères dans le sirop.  Lequel des deux vais-je choisir…et pourquoi pas les deux tant qu’à y être!

C’est le temps d’une petite pause de sucre. On nous invite à mettre le nez à l’extérieur.  La température clémente nous fait apprécier ce petit répit.  Marcher un peu nous fait le plus grand bien.  Lorsqu’on est prêt, on peut se diriger vers le bâtiment aménagé pour la dégustation de tire sur… des plaques d’ardoise!!!  Et oui, il s’agit d’une nouvelle façon de faire refroidir le sirop bouillant pour le faire figer en tire.

Si vous avez besoin de plus d’exercice avant de manger de la tire, il est également possible de marcher dans la montagne ou de faire une randonnée en voiturette tirée par des chevaux. 

Goûtez l'érable!

 

Et d’autres s’ajoutent à la liste

 Dans la région, il y a plusieurs érablières et chacune offre une ambiance unique.  Celle du Village Québécois d’Antan propose un cachet historique avec ses bâtiments du début du 19e siècle et son personnel habillé en costume d’époque.  Musique et chansons, randonnée dans le village en voiturette tirée par des chevaux contribuent à ce retour dans le bon vieux temps sucré. 

Ambiance festive au Village sucré du Village Québécois d'Antan. 

L’Érablière Prince à St-Wenceslas comblera les petites familles avec son musée de l’Habitant, ses jeux extérieurs, sa ferme et ses animaux.  On peut aussi y faire une randonnée en traîneau tiré par des chevaux pour y voir les cerfs et les vaches écossaises dans leurs enclos. 

Les enfants adorent aller à la cabane à sucre. 

Il y a quelques années, j’ai tenté un concours avec l’une de mes belles-sœurs.  Nous nous étions mises au défi de celle qui mangeait le plus de tire sur la neige.  Oups!  Je ne me souviens plus qui releva le défi, mais je me souviens du mal de cœur mémorable qui s’en suivit! 

Cette année, nous retournons à l’Érable Rouge à St-Valère.  Dans un prochain billet, je pourrai vous partager cet autre bon moment.  Bon temps des sucres à tous!

Les bons produits de l'Érable Rouge. 

 

Céline Rousseau

Par Céline Rousseau

Directrice adjointe et directrice marketing
Haut de page