Nous concentrons actuellement toutes nos énergies pour vous procurer une expérience agréable et sécuritaire lors de votre prochaine visite chez les entreprises touristiques du Centre-du-Québec. Étant donné l’évolution constante de la situation, nous vous invitons à communiquer avec eux afin de planifier votre prochain séjour et ainsi de prendre connaissance de leur horaire, des activités accessibles et des consignes sanitaires mises en place selon les indications de la Santé publique. Nous avons bien hâte de vous dire à nouveau « bonjour ».
Fromagerie du presbytère : Communion au village

Fromagerie du presbytère : Communion au village

Par Valérie Thérien

Depuis quatre générations, les Morin font partie intégrante de l’agriculture à Sainte-Élizabeth-de-Warwick, dans le Centre-du-Québec. Il y a 15 ans, Jean Morin a remis l’église du village au centre de la communauté en y installant la Fromagerie du presbytère. C’est aujourd’hui un lieu où on se donne rendez-vous pour savourer des produits uniques et délicieux au hasard d’une visite paroissiale !

À peine a-t-on mis les pieds hors de la voiture qu’un homme d’un certain âge nous interpelle depuis le magasin général de l’autre côté de la rue. « Appelez-moi Bedeau », dit-il avec un grand sourire et un bel entrain, s’affairant à nous ouvrir les portes de l’église pour débuter une visite guidée lors de laquelle on fera la connaissance de Pat, un robot qui affine les 1900 meules de fromage qui s’y trouvent !

L'impressionnant espace d’affinage prend une bonne partie du bâtiment historique, mais sa nature première n’est pas en reste : une chapelle à l’arrière est réservée pour la dizaine de pieuses personnes du village qui prennent part aux messes. L’église garde donc son caractère religieux, en plus d’attirer son lot de touristes pour sa nouvelle vie fromagère. « J’ai insisté sur ce point avec mes enfants et je l’ai mis dans mon testament : ça restera une église au moins 20 ans après ma mort, même s’il n’y a plus de messe, indique le propriétaire de la fromagerie Jean Morin. Ça fait partie de l'histoire du village et c’est important qu’elle soit entretenue. »

Photo : Simon Jodoin 

Mais l’histoire de la fromagerie débute à la porte d’à côté, un endroit cher pour lui. « J’ai une histoire avec le presbytère, nous raconte-t-il. Mon arrière-grand-père est venu cogner des clous pour le bâtir. Tout petit, ma mère m’envoyait offrir des gâteaux au curé. C’était donc important pour moi de donner une deuxième vie à la bâtisse et à l’histoire de notre petit village. »

De Louis à Jean

Jean Morin est un agriculteur de quatrième génération. Ses ancêtres ont toujours exploité la Ferme Louis d’Or - nommée en l’honneur du grand-père Louis Morin, aujourd’hui laitière et située dans le charmant petit village de Sainte-Élizabeth-de-Warwick. En 2005, après quelques apprentissages à travers le monde pour mieux comprendre les rouages de sa nouvelle passion pour les fromages, Jean décide de faire une pierre deux coups.

« Comme la plupart des presbytères au Québec, celui-ci était abandonné. Le bâtiment qui manquait d’amour, commente-t-il. Je le connais bien puisqu’il est situé en face de chez moi. Je me suis dit que ce serait un superbe endroit pour faire une fromagerie. Alors on a fait les premiers pas pour s’installer tout doucement, selon les normes de salubrité. C’est dans la chambre du curé, d’ailleurs, où on a commencé à faire les premiers fromages : le Champayeur et le Bleu d'Élizabeth. »

Photo : Simon Jodoin

Pérennité du patrimoine

La Fromagerie du presbytère, c’est une histoire de préservation du patrimoine, mais aussi de respect pour l’esprit de communauté qui règne dans ce village des Bois-Francs, assez méconnu même s’il est voisin du berceau du fameux fromage en grains, Warwick. Celui-ci explique d’ailleurs qu’il a dû plier face à la demande générale concernant le fromage “squick-squick”. « Quand on a agrandi le presbytère pour en faire une fromagerie, les gens de la communauté sont venus me voir pour faire du fromage en grains. Je leur disais : “non, non, on fait du lait biologique donc on va faire du bon fromage fin”. Or, les gens insistaient ! “Une fromagerie à Sainte-Élizabeth, au cœur du Québec, ça prend du fromage en grains !” Alors j’ai décroché, je me suis dit : “pourquoi pas en produire une fois par semaine…” J’ai réalisé que c’était aussi une belle façon de rendre le presbytère à la communauté, pour que les gens puissent remettre les pieds dans ce bâtiment. »

 

Photo : Simon Jodoin

Depuis plus de dix ans, chaque vendredi de l’été, la Fromagerie du presbytère accueille les gens sur son vaste terrain. Il s’agit là d’une belle communion, d’une fête de village devenue avec le temps fort populaire ! « Les gens ont un plaisir à se retrouver en campagne, nous dit Jean. Au tout début, on était 20 personnes. À un moment donné, avec le bouche-à-oreille, on était 10 000 personnes sur le site ! C’est festif. Les gens apportent ce qu’ils veulent. On met de la musique, on leur installe l’ambiance. Les vendredis, ça se prête à ça : se rassembler, prendre un petit verre de vin avec un plateau de fromages. J’ai un grand honneur à dire que ma ruralité, mon foin, mon lait, nos fromages se partagent en famille et entre amis sur une belle table. »

Et cette histoire de famille et de communion perdurera puisque la cinquième génération de Morin de Sainte-Élizabeth-de-Warwick est déjà à l’oeuvre. La Ferme Louis d’Or, où résident des dizaines de vaches, est aujourd’hui gérée par Jean et ses quatre enfants qui ont tous étudié à McGill en agriculture.

Pour visionner en format vidéo le portrait complet sur la Fromagerie du Presbytère, cliquez ici

Collaborateur invité

Par Collaborateur invité

Haut de page