Coup de foudre pour la tomate

Coup de foudre pour la tomate

Je vous propose un voyage dans le temps. Un temps où le travail de la terre se faisait manuellement à l’aide de chevaux et d’instruments aratoires, un temps où à l’automne les maisons humaient l’odeur du vinaigre et des conserves, signe que l’hiver approchait. Rendez-vous dans les années 1850, dans le petit village côtier de Saint-Pierre-les-Becquets, qui fut jadis nommé «Saint-Pierre la tomate».

Dans les années 1850, Jean-Baptiste Lelaidier introduisit, dans la municipalité de Saint-Pierre, la culture du melon et de la tomate. Réputée pour ses terres fertiles légèrement sablonneuses et son microclimat favorable à la culture, en raison de la proximité du fleuve Saint-Laurent, le succès de la culture de la tomate à Saint-Pierre-les-Becquet s’est rapidement fait sentir.

Le nombre grandissant de producteurs de tomates fit de Saint-Pierre-les-Becquets la capitale de la tomate! Un nom qui fera la renommée de la municipalité durant plusieurs décennies 

L’expansion de cette culture et le succès des récoltes étaient tels que la disponibilité du produit frais était plus importante que la demande. Les Becquetois ont donc dû réagir au succès et développer une véritable industrie alimentaire basée sur la tomate.  La conserverie de tomate de Saint-Pierre-les-Becquets nommé «  Compagnie de conserves alimentaires Les Becquets » ou « The Becquets canning company »  naquit en 1899.

Crédit photo : Société d'histoire et de généalogie Lévrard-Becquet 

Crédit photo : Société d'histoire et de généalogie Lévrard-Becquet

Pour les locaux, le nom de la Tomaterie a marqué l’histoire de la région. L’entreprise ferma ses portes en 1953, mais durant plus de 50 ans, des familles (femmes et hommes) y ont travaillé comme ouvriers, canneurs et éplucheurs, sans compter les différents métiers qui se sont développés en lien avec la culture de la tomate.

Rapidement, les Becquetois ont emboîté le pas, cultivant la tomate, travaillant à la conserverie et développant des produits connexes. Encore aujourd’hui, il est possible de remarquer l’empreinte laissée par cette industrie à Saint-Pierre-les-Becquets :

    • Les Paniers P&P, qui existent depuis 1958, fabriquent des casseaux, des boîtes et des paniers (bois, carton et plastique) de toutes sortes pour les producteurs du Québec.

Psst… L’entreprise possède aussi un kiosque de vente au Marché du Vieux Port à Québec!

    • Tomates et délices : à la fin du mois d’août de chaque année, la municipalité de Saint-Pierre-les-Becquets organise une fête familiale permettant de mettre en valeur les produits de la région et la valeur culturelle de la tomate pour la municipalité.
      • Parc fluvial des Becquets : arrêt de prédilection pour les visiteurs, le long de la Route des Navigateurs, le Parc fluvial offre un espace de stationnement, des tables de pique-nique, et surtout une vue magnifique sur le fleuve Saint-Laurent.

Marie-Ève Ouellet

Par Marie-Ève Ouellet

Coordonnatrice au développement
Haut de page